Sharon Eyal & Gai Behar

eyal behar eyal nevoNée à Jérusalem en 1971, Sharon Eyal danse au sein de la Batsheva Dance Company de 1990 à 2008. D'abord assistante à la direction artistique, elle devient chorégraphe associée de la compagnie entre 2005 et 2012.

Elle signe plusieurs pièces : «You Got to Live», «Pan» (2001), «Ink, Static» (2002), «Quiet Village» (2004), «Part II» (2005), «Bertolina» (2006), «Makarova Kabisa» (2008) et «Bill» (2010).

En 2009, Sharon Eyal commence à créer des pièces pour d'autres compagnies à travers le monde, «Killer Pig» (2009) et «Corps de Walk» (2011) pour la Carte Blanche Dance en Norvège, «Too Beaucoup» (2011) pour Hubbard Street Dance Chicago aux États-Unis et «Plafona» (2012) pour la Tanzcompagnie d'Oldenburg en Allemagne.

Lauréate du prix du Ministère de la culture israélien pour les jeunes chorégraphes en 2004, elle reçoit le prix Landau en 2009 pour les arts vivants (catégorie danse). En 2008, la Fondation pour l'excellence culturelle d'Israël la nomme artiste de l'année.

En 2013, Sharon Eyal fonde la compagnie L-E-V avec son collaborateur de longue date Gai Behar, figure de la musique live et des arts vivants à Tel Aviv. De 1999 à 2005, il produit des événements de musique live underground et des rave party. Ses sound system itinérants investissent des bâtiments abandonnés, des caves et des parkings déserts où prennent place des performances et des installations d'artistes plasticiens.
Il rejoint Sharon Eyal pour la création «Bertolina» en 2006. Suivront «Makarova Kabisa», «Bill», «Petrushka» et «House», toutes crées pour la Batsheva Dance Company.

En 2013, Sharon Eyal et Gai Behar ont créé «Untitled Black» en collaboration avec le Goteborgs Operans Danskompani en Suède.

Back to top