Gilles Jobin

Gilles Jobin500Vit et travaille à Genève.
«De création en création, Gilles Jobin explore des univers chorégraphiques personnels, corps à l’horizontale, voire souterrains, scénographie à la géométrie abstraite et passionnante». (Philippe Noisette)

Gilles Jobin débute par une formation classique au Centre international de danse Rosella Hightower à Cannes et au Ballet Junior de Genève dirigé par Béatriz Consuelo. Il danse ensuite pour diverses compagnies de danse contemporaine, notamment avec Fabienne Berger, Philippe Saire et Angels Magarit.

En 1993, il devient co-directeur du Théâtre de l’Usine à Genève où il rencontre La Ribot, chorégraphe madrilène. Ils s’installeront à Madrid en 1995, où il fait ses débuts de chorégraphe avec la création de trois solis qui portent sur l’identité :Bloody Mary(1995), Middle Suisse et Only You (1996).

En 1997, Gilles Jobin et La Ribot déménagent à Londres, attirés par le Live Artanglais et la vitalité de la programmation de l’Institute of Contemporary Arts (ICA). Il reçoit une bourse Artsadmin qui l’accueille dans sa structure et devient chorégraphe résident à l’Arsenic (Lausanne, Suisse). Il y crée sa première pièce de groupe A+B=X (1997), oeuvre qui marque la première collaboration du chorégraphe avec Franz Treichler, compositeur et leader du groupe rock The Young Gods. Présentée au Théâtre The Place à Londres, au festival La Bâtie de Genève ou au festival Desviaciones à Madrid l’année suivante, la pièce interpelle immédiatement les professionnels et la critique.

En 1998, Gilles Jobin signe des pièces expérimentales, tel que Macrocosm etBlinded by Love, collaboration avec le performer anglais Franko B, où il affirme une écriture chorégraphique hors des cadres esthétiques établis en réalisant des incursions dans les arts visuel et le live art. L’année suivante, en 1999, il présenteA+B=X au festival Montpellier Danse et suscite l’engouement de la scène contemporaine. Il crée quelques mois plus tard Braindance au FAR de Nyon qui sera présentée ensuite à l’ICA de Londres et au Theater Spectakel de Zurich sur une musique originale de Franz Treichler avec qui il collaborera sur toutes ses pièces jusqu’en 2003. En automne 2000 il fait l’ouverture de saison du Théâtre de la Ville à Paris, qui coproduira dans la même saison sa nouvelle création The Moebius Strip. Son travail est désormais largement plébiscité : présenté en Suisse et dans le monde entier, ses pièces lui assurent une audience internationale. Dès lors, il s’impose comme chef de file d’une nouvelle génération de chorégraphes suisses indépendants et une figure incontournable de la nouvelle scène de danse européenne.

The Moebius Strip créé au Théâtre de la Ville de Paris au printemps 2001 devient une de ses pièces emblématique. A l’inverse de ses précédentes œuvres qui développaient en thèmes sous-jacents le sexe, la nudité, la violence, la guerre, il n’y a plus dans The Moebius Strip que lignes et géométrie. « Sur le plateau envisagé comme une toile blanche, les corps sont jetés telles des tâches de couleurs, malaxées en aplats et rythmés par les teintes des vêtements » (Rosita Boisseau, Panorama de la Danse Contemporaine, 2006). Une création qui n’est pas sans rappeler les compositions de son père, le peintre Arthur Jobin, qui oscillent entre rigueur géométrique et vibration intense des couleurs juxtaposées.

Il signe en 2002 Under Construction, pièce pour sept danseurs conçue pour le grand plateau du Théâtre de la Ville de Paris. Gilles Jobin repense l’espace et le mouvement dans sa verticalité, une pièce qui est, selon Marie-Christine Vernay (Libération, 16.11.2002) « sans aucun doute l’un des plus majestueux spectacles de Gilles Jobin ».

Son audace interpelle le Ballet du Grand Théâtre de Genève, alors en perte de reconnaissance, qui en 2003 lui commande une œuvre pour 22 danseurs. Il créé TWO-THOUSAND-AND-THREE, une œuvre singulière qui, d’après Marie Christine Vernay du quotidien Libération (12.19.2003) : « (…) transcende classique et contemporain ». Une pièce qui suscite l’enthousiasme de la presse et du public et insuffle une nouvelle énergie à la compagnie de la Place Neuve qui retrouve le chemin des tournées internationales. C’est à l’occasion de cette création que Franz Treichler qui officie en tant que directeur musical invite Cristan Vogel et Clive Jenkins a collaborer sur la partition musicale.

En 2004, il reçoit une nouvelle commande du Ballet Gulbenkian de Lisbonne. Il crée alors Delicado sur la musique de Cristian Vogel qui succède à Franz Treichler comme compositeur attitré.

La même année, après 7 ans passés à Londres, Gilles Jobin s’installe définitivement à Genève et créé Steak House en 2005 à l’Arsenic - Lausanne. Ce retour sera également marqué par l’engagement de Bonlieu Scène nationaled’Annecy dont il devient Artiste Associé en 2006. Il produit alors Double Deux, pièce magistrale pour 12 danseurs. En 2007, le chorégraphe bénéficie d’un premier contrat de soutien conjoint entre la ville de Genève, l’Etat de Genève et Pro Helvetia. 
Il crée Text To Speech en 2008, pièce d’immersion dans le monde des mots où selon Gilles Jobin « le texte, libère la danse de la responsabilité du sens ». 2009 marque la création de Black Swan, pièce très aboutie qui sera présentée aussi bien en Amérique du Sud qu’en Asie et en Afrique, au Moyen Orient et en Europe. Avec Black Swan c’est un nouveau virage artistique pour le chorégraphe qui abandonne le « mouvement organiquement organisé » pour écrire une danse complexe et ciselée.

En 2010, il créé Le Chaînon manquant - The Missing Link, pièce pour laquelle il a invité deux danseurs Maliens au sein de sa compagnie. En 2011, Gilles Jobin continue son travail sur l’exclusivité du mouvement, abstrait et libéré de toute structure narrative avec une nouvelle création, Spider Galaxies.

Outre ses propres productions, Gilles Jobin a fait de sa compagnie et des studios 44 mis à sa disposition par la Ville de Genève depuis 2007, un lieu effervescence. Espace pionnier pour la formation professionnelle du danseur, la reconnaissance de la danse contemporaine en Suisse et la stimulation des échanges internationaux à travers de nombreuses initiatives : entraînement quotidien du danseur, actions pédagogiques et de sensibilisation, workshops, résidence d’artistes, projets avec les pays du Sud, notamment en Afrique et en Amérique Latine. 
Gilles Jobin est membre du comité de pilotage du Bachelor en Danse de laManufacture de Lausanne. Il est membre du jury des journées de danse Suisse 2011.

www.gillesjobin.com

Back to top